Le chiffre clé : 70% de consommateurs qui recyclent, mais des axes de progrès !

À l’occasion de la Journée Mondiale du Recyclage, le 18 mars, WinMinute a proposé à ses utilisateurs de réagir sur le thème du recyclage en grande distribution : pratiques, attentes… Pour répondre, les Winautes se sont focalisés sur leur magasin alimentaire (hyper ou super) habituel ; l’étude s’est articulée autour de trois thèmes :

  • l’espace recyclage dans le magasin
  • le vrac
  • la signalétique autour du recyclage

I. L’espace recyclage

86% des Winautes indiquent qu’il existe un espace recyclage, ou au minimum un ou plusieurs réceptacles dédiés au recyclage, dans leur magasin habituel. Deux constats :

  • Les espaces recyclage ou les réceptacles sont parfois trop peu visibles : 20% des répondants qui disent disposer d’un espace de recyclage le considèrent comme « caché » !
  • Il subsiste des points de vente qui ne respectent pas la loi : en effet, celle-ci impose aux magasins vendant des piles la mise à disposition d’un réceptacle pour déposer les piles usagées…

Parmi ceux qui disposent d’un espace de recyclage dans leur magasin, 70% d’entre eux y ont recours.

  • Les 3 réceptacles les plus utilisés sont les piles, les ampoules et les cartouches d’encre
  • A contrario, les réceptacles pour les capsules de café et ceux pour les petits appareils électriques / électroniques sont ceux qui manquent le plus aux yeux des répondants.

Par ailleurs, même si une majorité des répondants utilise ces réceptacles, 56% se dit mal informée du processus de recyclage des produits déposés (que deviennent réellement les produits déposés dans les espaces recyclage ?).

56% des sondés se disent mal informés du processus de recyclage des produits déposés dans l’espace recyclage ou conteneurs.

Comment inciter les clients à utiliser l’espace recyclage présent dans leur magasin ?

  • Près d’un sondé sur deux suggère la mise en place de jeux concours pour gagner des bons d’achats
  • 17% préconisent le développement d’une signalétique unique dans tous les magasins
  • Certains Winautes évoquent également le retour aux produits consignés
  • De même, les enseignes pourraient développer des opérations de communication pour inciter au recyclage : près des trois quarts des répondants indiquent que leur magasin n’en fait jamais. Les enseignes qui en réalisent le font pour des dates clés comme pour la Journée Mondiale de recyclage (14% des répondants).

II. Le vrac

77% des répondants affirment avoir un rayon vrac dans leur magasin habituel. Ce rayon vrac se situe davantage dans le rayon bio (pour 56% des répondants), dans le rayon fruits et légumes (pour 21% des répondants) et dans le rayon épicerie (pour 14% des répondants). Parmi les produits achetés, les Winautes citent en premier les fruits secs (40%), les graines (25%), les céréales (23%), et les pâtes (18%).

La principale raison d’acheter en vrac pour les répondants est la possibilité de choisir la quantité désirée. Et pour ceux qui n’achètent pas en vrac, le prix est le principal frein (pour 50% d’entre eux), suivi du manque de choix.

Une piste pour promouvoir le vrac et donc l’emballage unique est la possibilité d’apporter ses propres contenants. Cependant, 37% des sondés ignorent si leur magasin offre cette possibilité, et 30% ne savent pas si leur magasin vend des contenants réutilisables. Les enseignes vont-elles bientôt communiquer activement sur ces pratiques ?

III. La signalétique autour du recyclage sur les produits

L’étude révèle une mauvaise connaissance de la signification des logos sur le recyclage. En effet, alors que deux tiers des répondants pensent connaître ces logos, 70% d’entre eux se trompent lorsqu’on leur soumet ce logo :

Premier logo soumis aux sondés

Cela confirme les données publiées par Que Choisir qui affirme que « 60% pensent à tort qu’il indique que l’emballage est recyclable ». Or, ce logo indique que l’industriel participe financièrement à la revalorisation des emballages recyclables. Face à cette confusion qui perdure, on apprécie que ce logo soit amené à disparaître dans le courant de l’année 2021.

deuxième logo soumis aux sondés

Concernant le deuxième logo, celui-ci est mieux compris : il signifie effectivement bien que l’emballage est recyclable. Le taux de réponse correcte avoisine les 86%.

L’éco-score

L’éco-score fait son arrivée cette année ! Construit sur le modèle du nutri-score, il vient d’être lancé sur certaines applications : il suffit de scanner le code barre du produit pour connaître son empreinte carbone (son impact environnemental basé sur le caractère recyclable ou non de l’emballage, le transport, sa provenance…).

Les Winautes sont séduits par cette initiative : 80% trouvent intéressant d’avoir une application mobile qui permette d’obtenir cette information. Ils vont même plus loin, car 9 répondants sur 10 aimeraient que l’éco-score figure sur l’emballage. Enfin, 86% d’entre eux font plutôt confiance à ce type de données.

Le plus intéressant : une nette majorité des sondés (63%) indique que la présence de cette donnée sur les emballages leur ferait changer leurs habitudes de consommation, 15% étant moins catégoriques (cela dépendra des produits, du prix…) et 22% indiquant qu’ils ne changeront pas.

Conclusions

Le recyclage est désormais omniprésent dans nos vies, mais il reste des pistes d’améliorations pour inciter à recycler : les espaces de recyclage gagneraient à être plus nombreux et plus visibles, l’information sur les processus de recyclage est insuffisante, et les consommateurs sont demandeurs de stimulations pour les inciter à recycler…

Le vrac est un sujet lié, car il est conçu pour ajuster les quantités achetées, réduire voire supprimer les emballages et donc le besoin de recyclage. Il s’est beaucoup développé mais là encore, les enseignes ont un rôle à jouer, pour mettre à disposition des contenants réutilisables mais aussi pour mieux gérer les prix, souvent perçus comme élevés.

Enfin, les consommateurs sont très demandeurs d’information de type éco-score permettant de connaître l’empreinte carbone des produits vendus, et semblent majoritairement prêts à modifier leurs achats en fonction de ce type d’information !

Source : Que Choisir janvier 2021