Qui a dit « 2021, l’année du ‘Rentail’ ? »

Il s’agit de Philippe Goetzmann, ancien directeur des relations institutionnelles d’Auchan Retail France dans LSA. Ce néologisme évoque deux termes : celui de la location : « rent »(« louer » en français) puis « retail ». Concrètement, ce concept doit « permettre au distributeur de délivrer un service […] à partir d’un seul produit, et ainsi maximiser à la fois ses revenus et la productivité du produit ». Goetzmann identifie donc un levier de croissance dans la grande distribution : selon lui, il ne s’agit plus de vendre un maximum de produits mais, plutôt, de partir du besoin des clients pour les accompagner vers le produit dont ils ont réellement besoin. L’objectif est de proposer une approche fondée sur le service.

Décathlon en Belgique propose à ses clients de louer ses produits avant de les acheter : le projet se nomme « We play Circular ». Ainsi, les clients peuvent s’assurer que le produit qu’ils louent correspondent bien à leurs attentes avant d’investir. En France, on peut citer Leroy Merlin qui propose des cours de bricolage (le besoin de bricoler étant placé devant la nécessité d’acheter les matériaux et outils) et des ateliers limitant l’achat de produits utilisés peu de fois.

Alors que la dimension écologique est un enjeu capital dans notre société, l’accent est donc mis sur le « consommer intelligemment » grâce au « rentail ».

Phillipe Goetzmann

Sources : LSA janvier 2021, L’ADN Business décembre 2020,