L’actu Proxi : La Proximité connectée et autonome se développe !

Comme l’évoque Ilan Ouananou, Directeur de Carrefour Proximité, les consommateurs recherchent « la proximité géographique dans les courses, la rapidité d’achat, la facilité d’achat et la recherche d’innovations ».

Ces critères sont remplis par les enseignes Proxi, mais certaines vont encore plus loin en s’implantant « dans toutes les zones de périphéries, industrielles et de bureaux où il n’y a aujourd’hui pas d’offre de proximité alimentaire«  : c’est le cas de Boxy. « C‘est une marque, une nouvelle enseigne de proximité dans l’alimentaire« , annonce le fondateur David Gabai dans Le Point. Avec sa nouvelle offre, il souhaite « révolutionner le commerce de proximité« .

Boxy se distingue des GSA de deux façons :

  • un concept 100% automatisé et connecté : absence d’hôte de caisse, d’employé de rayon… Le client télécharge l’application, scanne un QRcode (pour ouvrir les portes) et se sert (des caméras enregistrent les produits sélectionnés et ceux reposés). Il reçoit son ticket de caisse sur son téléphone.
  • un magasin ouvert 7 / 7 et 24 / 24. Ces horaires permettent aux clients de venir dès qu’ils le souhaitent et de lutter contre le gaspillage alimentaire. Ils reviennent plus souvent et stockent moins de denrées : « ils peuvent s’approvisionner au fur et à mesure de leurs besoins », comme l’évoque le site Je bosse en grande distribution.

Boxy se rapproche de la Proxi avec un nombre de références moindres : 300 produits essentiels sont proposés. Les différences se situent au niveau de la taille (15 mètres carrés) et des prix. Objectivement, un peu plus élevé en Proxi, Boxy aligne ses prix sur ceux proposés en GSA. Cette latitude est possible grâce à un très faible niveau de charges : pas d’employé, uniquement une borne pour générer de l’électricité.

Selon les chiffres évoqués dans Le Point, « 80% des consommateurs reviennent« . Cette nouvelle « supérette » souhaite donc continuer de s’étendre : avec bientôt 5 points de vente, le groupe prévoit d’en implanter une dizaine supplémentaire » en 2021.

D’autres initiatives ont vu le jour. Par exemple, Ximiti propose un service assez similaire, mais avec quelques différences :

  • Les points de ventes sont dans des lieux proposant déjà une offre alimentaire (aéroport, zone commerciales, gares…).
  • La gamme de produits vendu est plus vaste : droguerie, accessoires high-tech (jusqu’à 1600 références).
  • L’achat des produits peut se faire directement à la borne du magasin ou bien en ligne à travers l’application.

La superficie de ces points de vente et la facilité d’implantation (bureau, parking…) a donné des idées à certaines enseignes comme Cora. Elle propose des « Easybox » autrement dit des conteneurs réfrigérés permettant aux clients de faire leurs courses en ligne. Leurs courses sont déposés dans la box et les salariés peuvent venir les récupérer directement sur leur lieu de travail.

Face à cet essor, s’implanter dans ces nouveaux types de points de vente va-t-il devenir un nouvel enjeu pour les marques ?

Sources : Boxy, Ximiti, Je bosse en grande distribution mars 2021,LSA mars 2021, Le Point septembre 2020